2018 – Les plaisanteries de Tchekhov

LES PLAISANTERIES DE TCHEKHOV est un spectacle composé de trois comédies en un acte d’Anton Tchekhov (1860–1904) :

  • UN JUBILÉ
  • TRAGÉDIENNE MALGRÉ ELLE
  • L’OURS.

Véritables chefs-d’œuvre d’humour et d’observation, ces petits actes ont connu, dès leur publication, un immense succès. Courts et dépouillés, ils abordent des thèmes que l’auteur développe dans ses œuvres les plus importantes.

Un Jubilé oppose un président de banque ambitieux et sa comptable au bord de la crise de nerf. Le jour de l’anniversaire de la fondation, on doit présenter le bilan mais tout ne se passe pas comme prévu.

Tragédienne malgré elle met en scène une mère de famille poussée à bout venue confier sa douleur à une amie. Mais celle-ci n’entend pas son discours et provoque sa fureur.

Dans L’Ours, un propriétaire terrien vient réclamer à une jeune veuve inconsolable une dette contractée par son défunt époux. Celle-ci ne veut rien entendre. Le propriétaire insiste et s’énerve de la résistance de la jeune femme.

Les personnages de Tchekhov sont drôles parce qu’ils parlent de leurs problèmes existentiels comme s’ils étaient insurmontables. Enfermés dans leurs problèmes, ils n’entreprennent
rien pour s’en sortir. Ils pourraient agir sur leur destin mais ne font rien. Leurs actions contradictoires révèlent leurs failles existentielles. Issus pour la plupart de la petite
bourgeoisie dans la province russe de la fin du XlXe siècle, ils ont beaucoup à nous raconter sur les relations humaines telles que nous les vivons aujourd’hui.


Production : Dino-Troupe

Mise en scène : Bernard Vouilloz

Scénographie : Marianne Défago

Conception lumière : Pierre-André Perrin

Régie : Vincent Mingard

Musique : Valentin Claivoz

Danse : Michèle Soret

Costumes : Marie-Noëlle Grosjean

Accessoires : Gérald Lugon Moulin

Maquillages et coiffures : Valérie Arlettaz

Jeu : Michel Tissières, Myriam Vouilloz, Sara Da Silva, Anne-Laure Boni, Patrick Tissières, Isabelle Fournier, Marie-Hélène Tissières, Valérie Arlettaz, Gérald Lugon Moulin, Bruno Gay des Combes